Avertir le modérateur

La scolarité à l’hôpital, comment ça se passe ?

Difficile pour un enfant ou un jeune de continuer à suivre le programme scolaire dès lors qu'une hospitalisation lourde s'impose à lui. En effet, la fatigue, les soins, les effets secondaires, les douleurs sont autant d'handicaps qui ne permettent pas d'être dans des conditions optimales pour apprendre. Mais, en plus des efforts physiques et psychiques consentis par l'élève, les différentes démarches et dispositifs permettant de suivre une scolarité la plus normale possible sont souvent méconnues par les familles.

De plus, les conditions pour bénéficier d'un tel dispositif ne sont pas toujours réunies, ni optimales. Professeurs, locaux, planification, coordination avec les équipes soignantes sont quelques-unes des caractéristiques à prendre en compte afin de permettre à l'enfant de poursuivre sa scolarité au rythme de ses soins et de sa maladie. Tous ces efforts ont pourtant de nombreux effets bénéfiques pour les jeunes malades. En effet, poursuivre sa scolarité durant une hospitalisation permet au malade de pouvoir se concentrer sur autre chose que la maladie et ainsi garder le moral et surmonter la maladie sans décrocher scolairement.

D'après la loi du 4 mars 2002 relative aux enfants malades, il est stipulé que « dans la mesure où leurs conditions d’hospitalisation le permettent, les enfants en âge scolaire ont droit à un suivi scolaire adapté au sein des établissements de santé ». Toutefois, quinze ans plus tard, cette loi est difficilement appliquée et généralisée sur le territoire tant elle est complexe et coûteuse à mettre en place. L'Éducation Nationale met à la disposition des enfants malades quelques 800 enseignants chaque année. De la petite section à la Terminale, tous les programmes sont dispensés avec une priorité pour les mathématiques et le français. Les notes et les diplômes obtenus au sein de l’hôpital sont validés et reconnus par l'Éducation Nationale. L'hôpital de Nantes dispose ainsi de deux classes au sein de son établissement. Malheureusement, ce contingent d'enseignants ne suffit pas à tous les enfants hospitalisés. Du coup, les associations se retrouvent en première ligne pour pallier aux manques. Plusieurs associations en collaboration étroite avec les établissements hospitaliers et leur personnel proposent des cours individuels par des professeurs bénévoles expérimentés. Par exemple, grâce à une aide financière accordée par le fonds dotation d'AGIPI, la clinique Edouard Rist à Paris permet à ses patients adolescents atteints de pathologies chroniques lourdes de suivre leur scolarisation.

 

clinique-edouard-rist.jpg

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu