Avertir le modérateur

Maintenir ses projets malgré un accident invalidant

Vivre un accident est une chose terrible qui l’est encore plus lorsque cet accident marque un tournant dans une vie. Lorsque l’on subit un accident qui aura des conséquences irréversible, il est souvent difficile de vouloir poursuivre les projets qui avaient été initialement élaborés. Comment faire pour reprendre le dessus et garder la motivation ?

La phase de démotivation

Après un accident, l’adrénaline redescend. Il y a eu la peur, la douleur, l’opération, les soins. Les événements se sont précipités et il a fallu tout gérer de front. Au moment où le calme revient, il faut faire face à la réalité et à la vie. Lorsque le malade reste invalide, il passe par plusieurs phases. La colère est souvent la première. Colère contre soi, colère contre le coupable, colère contre la vie.

Souvent, face à son invalidité, il souhaiterait n’avoir jamais pu en réchapper. La vie lui semble inutile et sans goût. Il ne sera plus jamais le même et cela le peine. S’ensuit la dépression. C’est alors que le sujet ne veut plus rien faire. Plus aucune activité qui avait autrefois ses faveurs ne présentent d’attrait pour lui. Plus particulièrement celles qui mobilisaient les parties désormais invalides. Il risque de s’enfermer dans une grave dépression et un isolement.

La reconstruction de soi

Aller de l’avant, c’est douloureux. Il faut généralement en passer par des moments de doute et de refus. Sortir de chez soi et affronter le monde avec un handicap nouveau est un cap important à franchir. Dès l’instant où le sujet constate que cela est possible, une porte s’ouvre à lui. Il faut qu’il reconstruise son image dans son miroir ainsi que son image face aux autres. Cela passe par l’acceptation de sa nouvelle condition. Voir des gens, se mêler, participer à de nouvelles ou anciennes activités est l’élément primordial de cette reconstruction.

L’aide extérieure

Un accident invalidant ne doit jamais être suivi d’une période de solitude. On doit être entouré et aimé, afin que la phase de colère et de dépression soit les plus courtes possibles. Il est important de ne pas annuler les projets qui avaient été initialement formés. Qu’ils n’engagent que le sujet ou qu’ils fassent participer d’autres acteurs, les projets doivent être menés à bien. Ils pourront être adaptés selon les cas.

L’accompagnement psychologique est une piste à exploiter mais les amis et proches sont un soutien sans pareille. Ce sont eux qui permettront au sujet de devenir un nouvel être avec un nouvel équilibre.

En savoir plus avec AGIPI

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu